16 novembre 2019
||||| 0 |||||
338

VOL ANNULÉ ET VACANCES GÂCHÉES…

Des vacances gâchées pour un couple d’Israélien : Ces derniers avaient réservé un billet d’avion Eilat -Tel-Aviv il y a six mois et demi auprès de la Compagnie aérienne Arkia et n’ont pas pu embarquer à bord. Pire, ils sont restés bloqués trois heures dans l’avion avant d’être débarqués. La raison, selon la compagnie : le vol a dû être annulé en raison des conditions météorologiques (une chaleur excessive qui n’aurait pas permis le vol). Le problème est que ce couple a donc de ce fait raté la connexion qu’ils devaient prendre pour se rendre à Bucarest, et ils ont donc dû renoncer à leurs vacances à l’étranger. « Nous avons attendu trois heurs et demi dans l’avion après que le commandant de bord nous ait annoncé que la météo ne nous permettait pas pour le moment de décoller, a raconté le voyageur.

L’attente s’est finalement prolongée. Nous avons demandé de pouvoir sortir de l’avion de crainte de rater notre correspondance mais les hôtesses ont refusé, expliquant qu’il était impossible de récupérer nos valises de la soute. Pendant ce temps, d’autres vols décollaient vers l’aéroport Natbag de Tel-Aviv.  Selon le témoignage du voyageur interrogé par le site Mako, la vraie raison était un excédent de poids dans l’avion qui en empêchait son décollage. Finalement, le couple est rentré chez lui sans ses valises qui lui ont été restituées le lendemain seulement. « Les vacances ont été gâchées, les réservations perdues et les jours de congé pris pour rien ». Le couple a fait une réclamation à la compagnie Arkia dans le but d’être dédommagé, laquelle était disposée à ne leur rembourser que la somme correspondant à leur vol annulé, soit 1,084 shekels. Le couple très en colère a donc décidé de porter plainte au tribunal contre la compagnie, réclamant des indemnités de 15 000 shekels.

La compagnie Arkia s’est défendue en rétorquant que l’avion n’a pu décoller en raison d’une forte chaleur (42 degrés) qui était indépendante de sa volonté et incontrôlable. Selon Arkia, il n’y avait pas d’excédent de poids, mais le poids de l’avion lui-même (y compris le carburant et les voyageurs à bord) dépassait le poids autorisé pour décoller lors de telles conditions climatiques. Quant au fait d’avoir refusé de faire descendre les passagers, la compagnie a expliqué qu’«à tout moment, ces conditions climatiques pouvaient changer, rendant le décollage possible ». Arkia a ajouté que le fait de faire descendre des voyageurs prenait 40 minutes, ce qui compromettait les chances de décollage en cas de changement de temps. La juge a tranché que dans ce cas précis d’annulation de vol, la responsabilité incombe à la compagnie aérienne qui doit indemniser ses clients à hauteur de 4900 shekels. « Il est vrai que les conditions climatiques sont indépendantes de la volonté de la compagnie aérienne, mais elle n’est pas privée de toute responsabilité. Celle-ci devait en effet prévenir les voyageurs du risque de retard en raison de ces conditions climatiques avant leur montée à bord de l’avion », a déclaré la juge. Selon elle, Arkia savait trois heures avant le vol qu’il s’agissait d’un avion qui ne pouvait décoller avec un tel nombre de voyageurs et qui nécessitait un poids particulier

(Source : Mako.co.il. Illustration Unsplash).

Cet article ne peut être repris par aucun autre média, ni presse écrite ni presse numérique sans autorisation de la direction. Après autorisation, la source eilat-connection.com devra être mentionnée avec le lien actif.

Partager: