16 octobre 2020
||||| 0 |||||
199

DU PLASTIQUE AU FOND DE LA MER

Un nouveau rapport publié par des chercheurs du département chimie de l’institut de surveillance des déchets fait état des déchets abandonnés sur les plages, à la surface de l’eau et dans les fonds marins durant l’année passée.  Ce rapport révèle qu’en 2020, à une profondeur comprise entre 20 mètres et 1700, ont été retrouvés principalement des morceaux de sacs en plastique et d’emballage de produits alimentaires. La concentration la plus élevée se trouve à une profondeur comprise entre 200 et 500m, où l’on a retrouvé entre 4000 et 10 000 morceaux par kilomètre carré ! Proportionnellement, les déchets retrouvés sur les plages étaient moins importants. Autre constatation faite dans ce rapport : Si les déchets retrouvés sur les plages proviennent principalement des baigneurs, ceux retrouvés en pleine mer sont des déchets des villes conduits par les canalisations, et par les fleuves qui se déversent en mer. Les dégâts occasionnés sont énormes : Selon les estimations, chaque année, 8 millions de tonnes de plastique se déversent dans la mer et les océans de part le monde. Malheureusement, depuis le début de la pandémie du coronavirus, deux nouveaux types de déchets ont été retrouvés en mer qui, jusqu’alors, n’étaient pas présents : des masques en papier et des gants jetables. Dr Segal, à la tête de l’équipe qui a réalisé le rapport, déplore ce nouveau type de pollution : « Il est triste de constater qu’il n’existe pas de culture de la propreté. De nombreuses organisations nettoient les plages et ramassent les déchets, partant du principe que l’on sera moins tenté de salir une plage propre, mais ceci ne suffit pas à empêcher les gens d’abandonner leurs ordures sur la plage ». Au niveau des plages d’Eilat, la constatation qui a été faite est que si la mer est propre, les fonds marins sont pollués par les déchets jetés en mer par les bateaux. Les plages ont été un peu plus épargnées : entre 400 et 1000 morceaux dans une portion de plage de 100 mètres, ce qui est en dessous de la moyenne mondiale. Ceci est sans doute dû aux différentes opérations de nettoyage des plages réalisées dans le cadre du programme national « Hof naki » du ministère de Protection de l’environnement qui finance à hauteur de 10 millions de shekels. Néanmoins, 75% des déchets sont en plastique (Source : Ynet, photo archives EILAT-CONNECTION).

Cet article ne peut être repris par aucun autre média, ni presse écrite ni presse numérique sans autorisation de la direction. Après autorisation, la source eilat-connection.com devra être mentionnée avec le lien actif.

Partager: